Démêler l’offre des garderies

Les garderies, ça paraît super compliqué quand on commence à s’y intéresser. En plus, je tombe fréquemment sur des articles qui, à mon avis, donnent de mauvaises informations; par exemple, j’ai vu quelqu’un stipuler qu’une des questions à se poser, c’est si on veut mettre notre enfant dans un CPE ou pas. Mais comme il y a des listes d’attente et qu’on ne peut pas forcément attendre que notre petit ait 2 ans avant de reprendre le travail, c’est pas vraiment le meilleur critère pour choisir une garderie.
 Il y a plusieurs façons de décrire le système, et je choisirai de discerner deux types : les garderies subventionnées et les autres.

On va commencer par « les autres » parce que je trouve ça plus simple. Il s’agit de garderies privées; on a les garderies en installation, c’est-à-dire de grandes garderies situées dans une bâtisse commerciale, pouvant accueillir 9 à 80 enfants selon le nombre d’éducateurs et les tranches d’âge concernées. Par exemple pour les poupons (moins de 18 mois) on ne peut en avoir plus de 5 par personne, alors que les 18 mois à 4 ans peuvent être en groupe de 8 par éducatrice. Sinon, on a les garderies en milieu familial; situées dans un local résidentiel, c’est limité à 6 enfants en tout, dont au maximum 2 poupons. J’insiste sur « en tout » : même si quelqu’un assiste l’éducatrice, on ne peut pas doubler le nombre de places offertes.

De nombreuses exigences encadrent l’ouverture d’une garderie; entre autres, les éducateurs doivent avoir un cours de RCR en règle et pouvoir présenter une absence d’empêchement. Ceci ne garantit pas un casier judiciaire vierge, mais plutôt que la personne n’a jamais été mise en accusation ou condamnée pour un délit  ayant un lien avec la conduite exigée en service de garde.

child-552853_1920

Ensuite il y a les garderies subventionnées. Initialement à 5 $ par jour, puis à 7 $ en 2004, les tarifs des places subventionnées sont désormais modulés selon le revenu des parents (depuis avril 2015), pour s’étendre entre 8 et 20 $. À l’intérieur même de ce type de garderie, on peut distinguer des structures différentes : les CPE (Centres de la Petite Enfance, des installations à but non lucratif), les installations accréditées, et les garderies en milieu familial accréditées. En raison de la subvention, elles sont soumises à de nombreuses règles additionnelles, par exemple de mettre à disposition un espace de jeu extérieur à moins de 500 m de l’établissement ou encore avoir, pour chaque enfant de moins de 18 mois, un lit à barreaux.

Comme les places subventionnées sont appréciées -quoique avec la réforme d’avril, elles ne deviennent plus aussi alléchantes- on conseille d’inscrire son enfant sur liste d’attente… dès sa conception. Pour les garderies privées, on peut s’y prendre quelques semaines avant seulement; actuellement, de nombreuses garderies ouvrent régulièrement, ce qui offre en permanence de nouvelles places. En outre, ces places se libèrent lorsque les parents se font appeler pour une place en CPE (généralement au printemps); si vous avez trouvé une garderie privée que vous adorez mais où tous les enfants ont 2 ans, ne pensez pas que cette garderie n’offrira pas de place durant les 3 prochaines années: une place pourrait se libérer, que ce soit un déménagement dans un autre quartier, une place en CPE comme mentionné précédemment, ou encore une place dans une garderie d’entreprise.

classroom-658002_960_720

Une fois qu’on a compris les différentes structures, plusieurs choses -plus essentielles à mes yeux -sont à évaluer. D’abord, il y a les types de garde; par exemple, si vous recherchez un temps partiel, ce ne sera pas toujours possible. Certains vont offrir le temps partiel, mais au minimum 3 jours, alors que d’autres n’auront aucun problème à vous offrir juste 2 demi-journées par semaine. Les services temporaires sont plutôt rares, mais sont plus faciles à trouver pendant les vacances : si votre garderie habituelle ferme quelques semaines, et ni vous, ni votre conjoint, ni personne d’autre (famille, amis, baby-sitter…) ne peut garder votre enfant, certaines garderies ouvertes tout l’été, ou à des périodes différentes, offrent facilement un service de garde. En effet, elles ne sont pas à pleine capacité car certains des enfants habituellement gardés là-bas sont partis en vacances. Peut-être aurez-vous besoin de services de nuit aussi, ou juste en soirée, et vous aimeriez que votre enfant soit gardé par quelqu’un qu’il connaît déjà un peu. Votre garderie habituelle pourrait ne pas le proposer a priori mais accepter, moyennant une rétribution additionnelle, une fois qu’elle connaît bien votre enfant, de vous offrir ce service.

Évidemment, les heures d’ouverture peuvent être un critère essentiel; certaines garderies n’ouvrent que 9h par jour, ce qui peut obliger les parents à s’organiser pour que l’un emmène l’enfant le matin et l’autre le cherche le soir, sous peine de ne pas parvenir à travailler leurs 8 heures réglementaires. Également, les politiques diffèrent beaucoup au sujet des jours fériés et des vacances de la garderie. Certaines garderies vont fermer 5 semaines, d’autres 2 par an; certaines vont vous demander de continuer payer pendant les vacances, tandis que d’autres auront pris cela en compte déjà dans leur tarif. Lors des jours fériés, il n’y a généralement pas de service offert, mais ensuite certains les chargent comme si votre enfant était présent. D’ailleurs, le tarif journalier est un critère important… En particulier, sur le Plateau, on atteint facilement 40 à 45 $ par jour. Ajoutez les mots « nourriture biologique » ou « activités Montessori » ou « ateliers de yoga » (ou de musique) et vous remplirez facilement votre garderie.

 children-776411_1920

Soyez également attentif aux politiques d’exclusion; si votre enfant a simplement de la fièvre, certaines garderies vont carrément l’exclure jusqu’à 24 h après la fin de la fièvre. Donc s’il présente une fièvre lundi vers midi et qu’elle cesse mardi midi, vous pourriez le ramener mercredi midi. Sauf que vous avez probablement pris votre journée off et donc vous le reconduirez à la garderie jeudi matin. 3 jours de congé sans solde pour une fièvre mineure sur un enfant qui joue avec plaisir et qui a un bon niveau d’énergie, c’est vraiment inutile. Ce tableau du Ministère de la famille propose des mesures à prendre en cas de différentes maladies, mais les garderies privées définissent leurs propres critères. Mon enfant s’est ainsi fait exclure pour une petite conjonctivite virale; heureusement j’ai pu voir un médecin en fin de journée qui a approuvé son retour dès le lendemain. Perso, je pestais de faire perdre ainsi du temps au médecin et à moi-même -surtout que ça m’a fait rater un rendez-vous important- mais l’éducatrice ne faisait pas la différence entre conjonctivite virale et bactérienne.

Les services de garde vont généralement vous indiquer que les repas suivent les règles du Guide alimentaire canadien donc on en va pas s’éterniser sur ce point; renseignez-vous sur les sorties par contre. Pour moi, les sorties au parc devraient avoir lieu tous les jours si le temps le permet; les sorties à la bibliothèque, au théâtre de marionnettes, etc… peuvent être amusantes également, mais pour les plus grands, disons à partir de 3 ans. Des frais supplémentaires peuvent vous être demandés.
Aussi, certaines garderies incluent les couches et lingettes -quoique ce soit plutôt rare- et certaines acceptent d’utiliser des couches lavables.
La localisation peut mériter réflexion : plutôt près de chez vous, ou près du travail de l’un des parents? Si vous êtes locataire et pensez acheter prochainement, vous pourriez préférer une garderie près de votre lieu de travail pour éviter de devoir changer de garderie en même temps que vous vous relocalisez de quartier. Ou bien, si vous habitez très loin de votre travail, pensez aux conditions de votre trajet : si vous êtes souvent bloqué dans le trafic, êtes-vous prêt à vivre ça avec votre enfant ? Ou est-ce que justement cela pourra être du temps privilégié avec eux ?
baby-84552_1920

Cependant, le point le plus important pour moi après plusieurs expériences de garderie (que je décrirai dans un prochain article), c’est les éducatrices elles-mêmes (désolée Messieurs, mais les femmes sont largement majoritaires dans ce métier). La plupart ont des formations, plus ou moins longues, alors que d’autres sont simplement des mamans (ou grand-mamans), attentionnées, patientes et passionnées. S’il est reconnu de nos jours que la fessée est une pratique à éviter complètement, on peut encore voir des comportements du genre mise à l’écart (sans vrai dialogue préalable, juste un petit sermon accusateur). Également, dans mon expérience personnelle, je n’ai pas posé assez de questions sur le dodo, et j’ai appris par hasard un jour qu’elle le mettait dans une balançoire pour tenter de le forcer à s’endormir en même temps que les autres, de 13 à 15h. Or il faisait souvent la sieste le matin de 10 à 11h; il n’était donc pas encore fatigué à 13h, mais l’éducatrice voulait absolument en profiter pour faire une pause dans sa journée (même si elle avait une employée pour l’aider). Perso, je trouve que ça n’inculque pas de bonnes habitudes de sommeil; à l’époque, il était le plus petit du groupe, et à 14 mois il faisait encore 2 siestes par jour; un jour, elle m’a regardé de biais en disant que normalement à cet âge, ils n’en font qu’une. J’ai deux problèmes avec ça, d’abord suivant les sources, certains affirment que faire encore 2 siestes à 18 mois est considéré comme normal. Ensuite, peu importent les sources, si c’est le rythme qui convient à mon bébé et qu’il est alerte et joyeux dans la journée, pourquoi se stresser à propos des siestes ?? Si c’est important pour elle que tout le groupe ait le même rythme, alors elle aurait dû refuser de prendre un poupon dans sa garderie. Comme je vous raconterai dans mon prochain article, j’ai changé mon petit de garderie, et je suis complètement enchantée de sa nouvelle place.

Évidemment, au-delà des différents critères, il y a aussi le feeling; lors de la visite, comment vous vous sentez, aussi bien en entrant dans les locaux qu’en discutant avec l’éducatrice, comment votre enfant réagit avec elle, et aussi comment se comportent ceux qui sont déjà là.

Et vous, comment avez-vous choisi votre garderie ?
Advertisements

Une réflexion sur “Démêler l’offre des garderies

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s