Tu ne sais pas de quoi demain sera fait

J’entends mon petit pleurer.

Il prend son bain, supervisé par son papa; il a probablement éclaboussé un peu trop d’eau avec ses jouets et s’est fait demander de diriger ses jets d’eau du côté du mur, et pas en direction du lavabo. J’entends mon chum qui lui explique calmement qu’il comprend que c’est le fun de jouer avec l’eau, mais qu’il aimerait que la salle de bains ne finisse pas inondée.

Mais là tout à coup je me crispe; la suite de l’explication me hérisse le poil sur le dos. Mon chum fait une sorte de sermon à notre enfant, d’une voix douce et compréhensive, mais les mots me heurtent. Il lui explique que c’est comme ça, qu’on ne peut pas toujours faire ce qu’on veut dans la vie.

newborn-baby-990691_960_720
Ah bon ?

Ma réaction  un peu vive provient sans aucun doute du fait que j’ai l’impression d’avoir trop entendu cela quand j’étais plus jeune. Et que c’est toujours dit de façon plus ou moins moralisatrice, genre « je-suis-l’adulte-qui-sait-tout », mais avec un côté tellement naturel, genre « c’est-comme-ça-et-ça-ne-changera-jamais ». C’est à la fois cruel et triste.

Cela dit, c’est un peu vrai, mais au fond, pourquoi ? Pourquoi je ne frappe pas le chien de la voisine quand je trouve qu’il aboie trop, ou trop fort ? Par respect pour la vie, pour ce chien, pour ma voisine. Pourquoi j’attends mon tour, au comptoir de la Poste ? Par respect, pour les autres qui attendent aussi, depuis plus longtemps, et qui eux aussi aimeraient mieux être servis tout de suite. Pourquoi, au volant, j’attends au feu rouge même s’il n’y a personne ? Parce que quelqu’un peut débouler subitement, voiture ou piéton, et ça serait bien dangereux. Pourquoi ma liberté est limitée ? Parce que les autres ont aussi droit à la leur, et quand les deux semblent entrer en conflit, certaines lois et règles de bienséance en société viennent encadrer la situation.

De la même façon, j’ai souvent entendu des gens dire que l’enfant doit comprendre que quand il travaillera, il devra obéir à des règles. Je suis en profond désaccord; d’abord, je trouve ça un peu tôt pour le préparer au monde du travail. Non ? Aussi, il y a déjà beaucoup de règles tout autour de lui: à la garderie, à la maison, au parc (règles implicites pour se côtoyer de façon harmonieuse), etc. Donc l’enfant n’est jamais étranger à la notion de contrainte; par contre il est généralement étranger à la notion du bien-fondé de ces règles. Chez nous, on lui explique à peu près systématiquement pourquoi la règle s’applique, et même si, à 2 ans, il ne comprend pas forcément les explications, au moins on se crée le réflexe de toujours lui expliquer nos motivations derrière nos choix et décisions; c’est d’autant plus important qu’on n’a pas forcément été élevés ainsi. En outre, l’enfant comprend le langage avant de l’utiliser à son tour; on ne va donc pas commencer à le traiter comme une personne qui mérite le respect uniquement à partir du jour où il s’exprimera correctement. Pour toutes ces raisons, je trouve ça important de commencer très tôt à lui parler avec respect et considération.

girl-640104_960_720

Mais il y a autre chose qui me chiffonne; j’entendais quelqu’un récemment parler du fait qu’il y a 30 ans, on en pouvait pas prévoir qu’on serait dans le monde dans lequel on se trouve actuellement. Et la même chose est vraie pour dans 30 ans; on ne peut pas préparer nos enfants bêtement à « obéir à des ordres » et à « ne pas faire tout ce qu’on veut ». Parce que peut-être que demain, la majorité des entreprises seront des coopératives où chacun sera encouragé à débattre et à s’exprimer; où les ordres et instructions seront systématiquement discutés jusqu’à ce que leur bien-fondé soit compris par tous, et que l’employé s’adonne à sa tâche avec plus d’enthousiasme, puisqu’il comprend mieux pourquoi il fait ce qu’il fait et pourquoi il doit le faire de cette façon-là.

Ce qu’on doit inculquer à nos enfants, c’est des compétences, et l’importance des valeurs; par exemple, c’est savoir discuter en cas de désaccord et d’incompréhension, être empathique et créatif afin de proposer des solutions qui conviennent à tous. Lui demander d’obéir parce qu’on veut qu’il obéisse et qu’en plus, ça lui permet de se pratiquer à obéir, pour moi c’est un gros non.

On ne sait pas de quoi demain sera fait; on ne veut pas développer l’obéissance chez notre enfant, mais l’intelligence.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s