Mon enfant ne veut pas ranger ses jouets !

C’est une préoccupation de parent qui revient souvent. Le fameux rangement.

C’est une préoccupation de parent qui ne prend pas le temps de se questionner sur le sujet, aussi. C’est évident qu’il faut ranger, non ? Et alors on voit des parents qui punissent un petit d’un an parce qu’il n’obéit pas…

D’abord, « ranger » est plus qu’abstrait. Ça implique aussi parfois un grand nombre de tâches différentes. En plus, si l’enfant a éventuellement compris ce que le parent attend de lui, il a aussi le droit de ne pas être d’accord. Ranger ses blocs alors qu’il a mis un temps fou à construire ce château ? Bien sûr que non ! Et si on le rangeait demain, histoire d’avoir l’occasion de l’admirer encore ?

building-blocks-1563961_1920

Il y a donc plusieurs aspects à évaluer quand on parle du rangement. Pour un petit (avant 6 ans environ), on doit d’abord diviser la tâche en consignes plus précises : placer les livres dans la bibliothèque, les blocs dans le bac vert, ou les poupées dans le panier rond. Consignes à donner une à la fois, et pas à la suite. Parce que « ranger », c’est un mot sujet à interprétation. D’ailleurs, petite anecdote, j’ai lu une fois un témoignage de maman qui expliquait que son enfant avait pris tous ses jouets et les avait mis sur son lit. Sa compréhension de « ranger » était « aucun jouet par terre ». On ne peut qu’applaudir cet enfant qui, en fait, avait parfaitement suivi la consigne !

Ensuite, il est fort probable que le rangement n’enchante pas votre enfant -je pense que c’est assez facile à comprendre. Aidez-le ! Au pire, si vous finissez par tout faire vous-même, il vous aura vu et son cerveau aura commencé à intégrer de quoi il s’agit. Il y a de bonnes chances qu’il soit plus coopératif la prochaine fois. Perso je n’hésite pas à lui dire que j’aime quand il m’aide (à partir du moment où il commence à mettre la main à la pâte). De toute façon, quand le nombre de choses à ranger excède un certain nombre (euh… souvent, à partir de deux, ça peut paraître trop pour certains -enfants et parents inclus), le rangement est déjà décourageant. Aider votre enfant, c’est aussi lui apprendre l’entraide et la gentillesse de la façon la plus puissante : l’exemple, l’action, plutôt que des beaux discours ou des lectures sur la chose. On peut aussi le fractionner dans le temps : un peu avant le repas, le reste après.

On peut aussi transformer le rangement en jeu : mettre de la musique, et ranger tous les Lego en dansant, ou tenter d’avoir tout rangé avant que la chanson soit finie. Pour des jouets non cassants tels que des peluches, on peut s’amuser à les lancer dans le panier (bel exercice de coordination main-œil en prime !) Ranger un jouet chacun à son tour, débuter par les jouets rouges, etc, sont autant de façons de ranger dans la bonne humeur, et d’avoir fini plus tôt qu’on aurait cru !

lego-708087_1920

Pour faciliter le rangement, il peut être pertinent de réduire le nombre de jouets mis à disposition. Chez nous, on a un grand garde-robe dans lequel on a pu mettre une étagère dédiée à cela; la règle : si un jouet sort, un jouet doit y rentrer. Le nombre total de jouets hors du garde-robe reste à peu près constant (évidemment, Ti-Loup échange parfois une toute petite voiture contre un gros train, mais l’inverse arrive aussi). Les jouets cassés devraient être rapidement réparés ou jetés, et ceux ou auxquels l’enfant ne s’intéresse plus pourraient être donnés, après discussion et en encore avec lui idéalement.

Aussi, de belles boîtes, avec les photos des jouets qui doivent rentrer dedans, vont aider l’enfant à diriger ses actions. Parce qu’un truc dont je me suis rendu compte avec mes propres affaires, c’est que parfois certaines n’ont pas de place suffisamment définie (la facture qui traîne mais qu’il ne faut pas archiver car elle n’est pas encore payée, le vêtement propre, mais qui a besoin d’un petit reprisage, …) En gros, si c’est pas rangé, c’est parce que l’objet n’a pas de place claire. À étudier, et à corriger.

toys-2165123_1920.jpg

À la base aussi, il faut se poser la question de notre position face au rangement. Est-ce qu’on le dit de façon automatique, parce que c’est un principe qu’on nous a tant rabâché durant notre enfance que c’est devenu une évidence ? Ou bien (c’était le cas de ma mère, qui ne jurait que par le feng-shui) parce qu’on se sent oppressé devant la quantité de jouets étalée ? Peut-être qu’on vit cela comme un non-respect quand les jouets envahissent l’espace commun ? Ou encore qu’on se sent un mauvais parent si le salon est devenu une salle de jeux plutôt qu’un espace d’adultes ?

Peut-on faire une règle intermédiaire : pas de jouets résiduels au salon le soir, mais dans la chambre on crée juste un passage suffisant pour se rendre jusqu’au lit ? Et un vrai rangement complet tous les week-ends afin de laver le sol ? On peut aussi créer une zone (ex : une petite table) qui serait la seule ayant le droit de ne jamais être rangée. L’enfant peut alors y laisser un coloriage en cours, une construction pas encore finie, etc…

À vous de créer vos propres règles en discutant avec toute la famille et en écoutant vos vraies valeurs plutôt que vos automatismes et vos peurs.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s